100 questions sur la conduite de changement

100 questions sur la conduite de changement

Le changement est un vaste sujet dans nos métiers de manager. En effet, on nous dit que le monde actuel change constamment et que nous devons nous y adapter pour survivre ou pérenniser notre entreprise. Le manager devient le pilote du changement pour que celui-ci se passe au mieux. Il est donc essentiel que le manager ait une méthodologie de conduite du changement.

Mais avant tout, qu’est-ce que le changement ? Le changement c’est de passer d’un état A à un état B.

Qu’est-ce que le changement 

Dans l’entreprise, le changement signifie de passer d’une organisation A à une organisation B, d’une procédure A à une procédure B, de la vente d’un produit A à la vente d’un produit B. Le changement, c’est la modification d’un état, d’une chose, d’une situation pour un nouvel état, chose ou situation.

Dans ces situations, nos équipes peuvent être perturbées. Le changement demande aux équipes de l’énergie pour s’y adapter. Certaines fois, le changement peut mal se passer. Les équipes bloquent le changement. Il devient donc difficile de passer de l’état A à l’état B. Pour éviter ce genre de situation est donc afin de fluidifier le changement, il est essentiel de respecter des fondamentaux. Je les ai déclinés en une méthodologie en 5 étapes.

La courbe (ou chemin) de changement ou de deuil a été modélisée par Elisabeth Kübler-Ross. La courbe de deuil transposée dans l’entreprise propose une forme sinusoïdale du temps comportant une phase de descente (choc, déni, refus, dépression) puis d’ascension (essai, acception, pardon, quête de renouveau).

La courbe de deuil ne fait pas référence à la mort physique d’un individu. On peut considérer que tout changement vécu dans l’organisation suppose une forme de deuil : il pourra s’agir du départ d’un ou plusieurs collègues, d’un responsable hiérarchique, d’un changement de service, de l’abandon d’un projet engagé, d’un processus de restructuration interne ou encore d’un plan social.

Qu'est ce que la courbe de changement

Tout ce qui en somme marque symboliquement la fin de quelque chose. Car ce qu’il est très important de comprendre, c’est que le changement, même lorsqu’il est souhaité par la personne, s’accompagne invariablement d’un sentiment de perte !

Quelles sont les différentes étapes de la courbe de deuil ou de changement ?

1. L’état de choc : c’est le moment précis auquel survient la perte.

2. Le déni : c’est le refus de reconnaître et d’affronter la réalité de la perte.

3. La colère ou le marchandage : c’est la phase qui suit le déni. Elle se caractérise par une réponse émotionnelle forte qui doit être exprimée ! (la colère fait malheureusement partie de ces émotions encore trop souvent qualifiées de « négatives »)

4. La dépression : C’est le moment d’abattement ou l’on se rend compte que malgré nos tentatives de marchandage la réalité s’impose à nous. C’est un moment d’abattement qui n’est pas forcément ici à entendre dans son acception clinique. La colère fait place à un sentiment de tristesse qu’il conviendra également de verbaliser.

5. L’acceptation : C’est le dernier mouvement du processus. Il est précédé de quelques essais qui permettent pas à pas d’amorcer le renouveau sans craindre la rechute. La réalité est comprise, éprouvée ET acceptée et permet d’évoluer vers autre chose.

Sources

(n.d.). La Courbe De Deuil Appliquée à L’entreprise. Retrieved September 24, 2019, from http://www.dynamique-mag.com/article/courbe-deuil-appliquee-entreprise.4936

Les émotions sont omniprésentes dans notre quotidien. Plus destinée à être vue qu’à être ressentie, leur expression est, loin devant le langage, le premier mode de communication. Elles sont également indispensables à l’élaboration de la pensée et du comportement ; une personne qui en serait totalement dépourvue ne pourrait mener la moindre vie sociale.

Quelles sont les émotions de base

On évoque les émotions primaires dont la variété de mélanges est infinie et vient se greffer sur le caractère ou la personnalité de chacun.

  • La peur qui met le corps en alerte maximale, prêt à fuir.
  • La colère qui met le corps en état d’agression.
  • Le dégoût qui s’exprime par des yeux fermés, les sourcils tombants, de gros plis sur le front et au dessus du nez, des pommettes et des joues bombées.
  • La tristesse lorsque le cœur ralentit, la respiration est ample et lente. Le corps semble replié sur lui-même, le tonus musculaire est faible.
  • La joie lorsqu’un large sourire éclaire le visage. La respiration est lente et ample, entrecoupée de petites pauses, le rythme cardiaque est souvent accéléré.
  • La surprise quand les deux paupières grandes ouvertes laissent voir une large zone du blanc des yeux écarquillés. Après une brève accélération, le cœur ralentit rapidement alors que la respiration est brièvement bloquée en inspiration.

Sources

Atlas, E. (n.d.). Le Corps Humain – Tout Savoir Sur Les émotions. Retrieved September 24, 2019, from http://lecorpshumain.fr/corpshumain/3-emotions.html